« Le jardin blanc » de Stéphanie Barron

Jo Bellamy a créé depuis peu son entreprise de paysagiste quand elle est contactée par un milliardaire qui veut recréer à l’identique dans sa propriété aux Etats Unis le fameux « jardin blanc » créé par Vita Sackville-West.

La jeune femme se retrouve donc envoyée tous frais payés dans le Kent afin d’étudier ce fameux jardin et d’en relever les plans. Elle va découvrir sur place que son grand-père a travaillé dans le domaine de Vita Sackville-West pendant la Seconde Guerre Mondiale avant d’émigrer aux Etats Unis.

Une autre surprise l’attend : en consultant les archives des jardiniers du domaine, elle va trouver un journal intime, portant une étiquette au nom de son aïeul.

De nombreux éléments laissent à penser que ce journal a été rédigé par Virginia Woolf. Or le cahier débute le 29 mars 1941 et la célèbre Virginia s’est suicidée le 28 Mars.

Jo va essayer de faire expertiser le journal par Sotheby’s pour connaître son authenticité. Mais rien ne va se passer comme prévu et la jeune femme va être entraînée dans un véritable jeu de piste sur les traces de Virginia Woolf et de son grand-père.

Et nous lecteurs l’accompagnons avec grand plaisir sur les chemins de cette intrigue concoctée par Stéphanie Barron qui a déjà auparavant pris des libertés dans ses romans avec Jane Austen et la reine Victoria.

Le Jardin blanc par Barron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s