"Laïcité et prison" de Katia Buisson

Je remercie Babelio, Masse Critique et les Editions Chronique Sociale.

Katia Buisson est doctorante en droit public, spécialiste dans les établissements publics fermés. Son livre est une réflexion claire et documentée sur des notions dont nous entendons parler à tout bout de champ, sans parfois plus trop savoir ce qu’elles veulent dire en réalité.

« Sans définition claire, aucune application – correcte- de ces principes qui définissent pourtant la société française ne peut s’effectuer. De là peuvent également provenir de nombreuses incompréhensions, voire tensions. De là également peut naître une distorsion entre la réalité de l’application des concepts et les projections constantes et rarement dépassionnées dont ils font l’objet »

Dans la première partie « Bien nommer les choses », elle s’attache à la définition et à l’historique du terme de laïcité

La deuxième partie porte sur « La liberté religieuse, un principe directeur de la laïcité dans le milieu carcéral ». Chaque détenu a droit à sa liberté de pensée, de conscience et de religion. Cette religion pouvant être exercée dans sa cellule. Toutefois « La liberté de religion, notamment par la liberté de culte, contient également une dimension collective en prison : les offices religieux, les réunions cultuelles et l’assistance spirituelle aux personnes détenues sont assurés, pour les différents cultes, par des aumôniers agréés. « 

On comprend bien les difficultés que rencontrent les établissements pénitentiaires quant aux contrôles de ces aumôniers « qui ne semblent pas être soumis à des restrictions en matière religieuse, liées au respect du principe de neutralité de l’Etat, composante à part entière du principe de laïcité ».

Enfin dans la troisième partie sont évoqués « Les contours de la laïcité en milieu carcéral » avec notamment la lutte contre la radicalisation.

Ce livre ne prétend pas donner de solutions mais fait un constat très rigoureux de la situation et se termine sur un rappel : « La laïcité doit garantir la liberté de toutes les consciences et de toutes les opinions. L’Etat, surtout lorsqu’il a à sa charge l’administration de tous les aspects de la vie des individus,, comme lorsqu’il entreprend de lutter contre une forme de terrorisme, ne peut se passer de respecter à la lettre le principe de séparation d’avec toutes les Eglises.Le rôle de l’Etat doit être défini avec précision, de manière à ce qu’il ne se défausse aucunement de ses responsabilités. Pas simplement lorsqu’il faut surveiller et punir, mais surtout lorsqu’il faut éduquer et réinsérer. »

J’ai particulièrement apprécié les résumés de chaque fin de chapitres qui reprennent de façon claire et concise les éléments développés.

Laïcité et prison par Buisson


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s