» Un jour d’été que rien ne distinguait » de Stéphanie Chaillou

Je remercie Babelio, Masse Critique et les Editions Notabilia pour l’envoi de ce roman.

Dans les années 1970, Louise est la benjamine d’une fratrie de trois. Ses frères aînés ne sont pas vraiment des compagnons de jeu. D’ailleurs, l’ambiance à la ferme exploitée par ses parents est plutôt plombante, ceux-ci devant faire face à des dettes conséquentes.

Très tôt, la petite fille prend conscience des injonctions que la société lui impose notamment à l’école : « Il y avait d’un côté les filles, de l’autre les garçons. D’un côté ce qui était permis aux filles, de l’autre ce qui était permis aux garçons. Et ce n’étaient pas les mêmes choses. Comme si nous étions si différents, si distincts, faits d’une matière singulière chacun, qu’il était impossible, voire dangereux, de nous mélanger. »

Louise remarque aussi le comportement des femmes de sa famille lors des réunions dominicales : « Quand les hommes entraient, les femmes se taisaient. Il y avait comme un arrêt qui se produisait dans leurs corps, à travers leurs bouches. L’air même qu’elles respiraient semblait se suspendre, suspendre sa circulation, au moment où les hommes entraient dans la pièce. Comme si elles étaient coupables. Coupables de parler. Coupables d’être assises. Coupables d’être dans cette position d’un corps qui ne travaille pas. Les hommes entraient et toutes affaires cessantes, les femmes se levaient pour les servir, répondre à leurs demandes. »

Dès lors, Louise se fait le serment de ne pas être comme elles, de ne pas se laisser imposer de choix qui ne soit pas le sien, de vivre comme elle l’entend.

Mais respecter ce serment a un prix dans la mesure où il implique une solitude certaine puisqu’elle refuse d’entrer dans le moule des autres femmes : « A l’ordre des hommes, j’ai préféré un ordre nouveau des êtres et des possibles. J’ai préféré ce qui pousse lentement, seul, sans autre témoin que les landes, le vent et la lumière ».

La lecture de ce roman m’a rappelé ma propre enfance à la même époque : écoles non mixtes, les diktats sur la façon dont une fille doit se comporter. J’ai été touchée par le combat de Louise, car s’en est bien un, pour être réellement, complètement elle même.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s