« La saison des feux » de Céleste NG Sonatine Editions

Bien que ce roman soit publié aux excellentes Editions Sonatine, spécialisées dans les polars, il n’y a ni meurtre ni disparition suspecte dans ce livre. Pas d’intrigue à proprement parler.

Et pourtant, il nous tient en haleine.

Tout commence doucement : une jeune femme, Mia, accompagnée de sa fille adolescente Pearl, emménage dans la banlieue riche et très aseptisée de Cleveland. Mia loue le second étage d’une maison à la riche famille RICHARDSON. Le père est un avocat associé dans un grand cabinet, la mère Elena est journaliste pour le journal local. Elle a revu ses ambitions de carrière à la baisse, préférant s’occuper de ses 4 enfants aujourd’hui adolescents.

Si vous voulez avoir une image précise de cette banlieue chic, revisionnez « Desperate House Wives.  » Tout est propre, les jardins impeccables. D’ailleurs des règlements de copropriétés décident de tout : couleurs des maisons, hauteur de la pelouse etc….

Elena est intriguée par Mia qui est une artiste-photographe, ne restant jamais trop longtemps dans une ville, toujours accompagnée de sa fille, et cumulant les petits boulots alimentaires.

Mais quand un événement médiatique va toucher de plein fouet la meilleure amie d’Elena, cette dernière va soupçonner Mia d’y être pour quelque chose. La journaliste qu’elle est va enquêter sur le passé de la jeune femme, mettant à jour une histoire bien inattendue.

Comme je vous le disais, pas de meurtre mais un questionnement sur la GPA (légale aux Etats-Unis), l’adoption d’un bébé étranger. Céleste NG y mêle intimement la vie de ces adolescents qui ressentent les balbutiements de l’amour, la découverte de la sexualité ainsi que la révolte envers les parents qui ne sont pas toujours en empathie avec leurs ados.

Excellent roman qui a valeur de peinture sociale de cette tranche de la société américaine.

La saison des feux par Ng

 

 

 

 

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

 » La coupure » de Fiona BARTON Editions Fleuve Noir

 » La coupure »  , c’est le petit article de presse paru en bas de page d’un journal londonien.

On y fait état de la découverte sur un chantier d’un quartier de la banlieue de Londres en cours de réhabilitation, du corps d’un bébé, très certainement enterré là depuis les années 80.

Kate, journaliste de renom mais dont le rédacteur en chef ne lui confie pas grand-chose en ce moment, tombe par hasard sur cet entrefilet. Elle flaire là le bon papier et le scoop à venir.

Dans le même temps, Angela, dont on a dérobé il y a 40 ans le bébé dans son berceau à la maternité, revit des moments douloureux, se demandant si ce petit corps ne serait pas celui de sa fille.

Il y a aussi un troisième personnage féminin : Emma. Cette jeune femme souffre de pathologies d’origine psychologiques. On devine qu’elle cache un lourd secret qu’elle n’arrive plus à porter.

Les voix de ces trois femmes alternent, le fil rouge entre elles étant la détermination de Kate à découvrir l’identité de la petite victime.

J’avais déjà découvert le personnage de Kate dans le précédent roman de Fiona BARTON « La veuve ». J’ai retrouvé dans celui-ci les qualités humaines de la journaliste, prête à tout mais avec quand même une éthique et une grande empathie.

Ce roman est un page-turner que j’ai lu avec un très grand plaisir car non seulement l’intrigue est passionnante, mais ce n’est pas tout. L’auteure sait rendre attachantes ses personnages féminins, englués parfois dans les affres de la maternité et des relations mère-fille.

La Coupure

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« L’archipel du chien » de Philippe Claudel Stock roman

L’archipel du chien est composé d’îlots qui se sont formés suite aux éruptions du volcan Le Brau. Cet archipel, en raison de sa configuration géographique, est très difficile d’accès.

Sur l’îlot principal vit une communauté de pêcheurs et leurs familles. On y trouve aussi tout ce qui symbolise une petite ville : la mairie, l’école et l’église.

Un matin, trois corps de jeunes migrants africains sont retrouvés sur l’une des plages par La Vieille qui y promenait son chien. Deux villageois qui se trouvaient non loin de là sont attirés par les aboiements de l’animal.

Aussitôt prévenu, le Maire arrive sur place accompagné du Docteur et du Curé. L’Instituteur qui faisait son jogging quotidien va tomber par hasard sur le groupe et découvrir la situation.

Le Maire, désireux de ne pas faire parler de l’Archipel alors qu’un gros projet immobilier de Thermes est en pourparlers, va décider de ne pas prévenir les autorités et de se débarrasser des corps. Il va user de menaces pour faire taire ses concitoyens.

Le plus récalcitrant sera l’Instituteur qui, originaire du continent, ne peut adhérer à l’esprit de communauté et de silence des insulaires. Le Maire sera prêt à tout pour le faire taire.

Face à la veulerie des hommes, leur lâcheté, la Nature va se rebeller : le volcan n’aura de cesse de secouer l’île comme pour réveiller ses habitants de leur aveuglement.  Les trois corps des jeunes migrants, à qui une sépulture décente n’a pas été offerte vont réclamer vengeance. Une odeur de décomposition va envahir la ville toute entière :

« La maison du Docteur puait comme un chien mort. Il avait disposé sous chaque fenêtre des linges mouillés pour éviter que l’air avarié du dehors pénètre dans les pièces mais ç’avait été peine perdue. Il portait souvent son mouchoir sous son nez tandis qu’il était avec la Vieille. Le parfum de bergamote dont il avait imbibé le linge ne parvenait pas tout à fait à chasser la puanteur.  »

J’ai trouvé ce roman, pourtant court, d’une très grande intensité de par son écriture mais aussi les thèmes abordés, notamment celui de triste actualité, c’est à dire les migrants en quête d’une terre d’asile et tous ceux qui ne voient en ces hommes et femmes qu’une marchandise bonne pour un trafic rentable.

Il m’a fait penser au conte norvégien « Le mort reconnaissant » pour les cadavres désireux d’être enterrés ainsi qu’au célèbre roman de Camus « La peste ».

L'Archipel du chien par Claudel

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

 » Les anges et tous les saints » de J.Courtney SULLIVAN

Cette auteure aime raconter des histoires de famille et celle qu’elle raconte dans le présent roman m’a bouleversée.

Certes, le point de départ peut sembler déjà lu et faire penser à d’autres romans : deux jeunes soeurs irlandaises doivent quitter leur petit village d’Irlande pour Boston.

Nora, 21 ans, doit y rejoindre Charlie, seul homme qui l’ait jamais embrassée et qui a décidé de l’épouser. Elle emmène avec elle Theresa, 17 ans, qui voit dans ce voyage une grande aventure et l’émigration aux Etats-Unis comme une chance de vivre libre. En effet, la vie sur « l’île verte » était difficile pour les femmes dans les années 1950.

Les deux soeurs ne vivront pas leur installation de la même façon en raison de leurs caractères si différents. Mais un terrible événement va transformer leurs vies de façons irrémédiables.

Je me garderai bien de révéler l’intrigue pour ne pas gâcher le plaisir du futur lecteur. Bien que la force de cette histoire réside plus dans la psychologie des personnages, remarquablement décrite par l’auteure, que dans l’événement en lui-même.

J.Courtney Sullivan nous montre à quel point chaque décision prise dans notre vie peut influencer notre destinée, même 50 ans plus tard ; que chaque non-dit, chaque secret pèse lourdement sur les membres d’une même famille (de façon consciente ou inconsciente).

Et que seuls l’amour et le pardon peuvent tout changer mais encore faut-il le vouloir.

« Les anges et tous les saints » est pour moi un roman magistral.

Les anges et tous les saints par Sullivan

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Génération » de Paula McGrath Editions 10-18

L’héroïne de « Génération », Aine, est une jeune mère divorcée. Elle s’occupe de sa petite fille âgée de 6 ans, Daisy. Ce qui ne l’empêche toutefois pas de chercher l’Amour sur Internet.

C’est ainsi qu’elle va rencontrer Joe, trentenaire lui aussi. Il est américain et vient de convaincre son père d’investir dans le rachat d’une ferme plus ou moins délabrée. Il veut la transformer en ferme bio.

Joe a besoin de main-d’oeuvre bon marché et emploie des travailleurs mexicains ainsi que des jeunes woofeurs (volontaires venant travailler gratuitement en échange du gîte et du couvert).

Sur les conseils d’une de ses amies, Aine part travailler dans la ferme de Joe. Une relation presque exclusivement charnelle démarre entre eux. Après ce premier séjour, Aine revient pour 6 semaines, cette fois-ci avec Daisy. Elle veut voir si son histoire avec Joe peut aller plus loin et envisage de s’installer aux Etats Unis.

Sauf que Joe a un comportement étrange qui déroute Aine. Voulant en savoir plus, la jeune femme va finir par découvrir qui  est réellement cet homme.

Si j’ai aimé les trois-quart de ce roman, j’ai été déroutée par la dernière partie qui projette le lecteur 17 ans plus tard en donnant la parole à Daisy.

Je ne suis pas certaine d’avoir bien compris la fin, j’ai ressenti comme une impression de flou, ce qui m’a déçue.

 

Génération

 

 

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

 » Le goût sucré des souvenirs » de Beate Teresa Hanika Editions Les Escales

Contrairement à ce que son titre pourrait faire croire, ce roman ne nous raconte pas une histoire pleine de douceur.

L’intrigue se déroule à Vienne (Autriche) : Elisabetta Shapiro vit seule dans la maison qui fut celle de son enfance. Adolescente elle a échappé de peu à la déportation. Elle est la seule survivante de toute sa famille.

Elisabetta, aujourd’hui une vieille femme, n’est plus entourée que des fantômes de ses deux soeurs avec qui elle converse.

La vieille dame conserve dans sa cave plusieurs dizaines de pots de confiture d’abricot, tous datés et qui lui rappellent de bons ou mauvais souvenirs.

Elle loue une chambre à l’étage à une jeune allemande, Pola, qui étudie la danse.

L’entente entre les deux femmes est  difficile. Mais peu à peu, au pied de l’abricotier planté par le père d’Elisabetta, elles vont se rapprocher nous permettant ainsi de découvrir ce qui peut les lier.

Dans le même temps, l’auteure aborde le sujet délicat des remontées des extrêmes droites avec deux thèmes forts : l’antisémitisme et l’homophobie.

Le goût sucré des souvenirs par Hanika

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« La femme secrète » d’Anna EKBERG Editions 10-18

Premier roman d’une jeune danoise « La femme secrète » vous harponne dès les premières pages et vous ne le lâchez plus !

Louise mène une existence paisible sur l’île de Bornholm. Elle est l’heureuse propriétaire du café de son petit village et partage depuis 3 ans la vie d’un écrivain, Joachim. Louise aime sa routine, son quotidien et se réveiller avec le chant des oiseaux.

Un matin, alors que le café n’est pas encore ouvert, Louise remarque qu’un inconnu, plutôt fébrile, attend devant la porte. Elle ressent un profond malaise en le voyant, ce qu’elle ne peut raisonnablement s’expliquer.

Mais quand cet homme pénètre dans son établissement en criant qu’elle est sa femme Hélène, disparue depuis 3 ans, Louise a l’impression qu’un gouffre s’ouvre sous ses pieds.

S’il s’avère que la jeune femme est bien la disparue, alors qui est Louise Andersen dont elle est en possession des papiers d’identité. Est-elle toujours en vie ?

La remontée de souvenirs profondément enfouis suite à un traumatisme va la mener sur les traces d’un terrible secret de famille tandis que Joachim, qui ne peut se résoudre à la perdre, va partir sur les traces de ladite Louise.

Ce thriller est absolument génial car rempli de rebondissements et nous emmène sur des voies tout à fait originales.

J’ai adoré !

La femme secrète

 

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire